Le bilan de mon jeûne intermittent !

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, il est possible que vous ayez entendu plus d’une fois parler de ce challenge que je me suis lancé le mois dernier : 4 semaines de jeûne intermittent !

Avant de commencer, je vais vous donner quelques explications.

Il existe plusieurs types de jeûne intermittent. Pour ma part j’ai choisi d’effectuer le 16/8. Le principe est simple : je jeûne pendant 18 heures et j’ai la possibilité de manger sur une période de 8 heures. Dis comme ça, ça parait compliqué et pourtant, la manière de procéder est très simple : Mon premier repas de la journée était à 13H et mon dernier avant 21H.

Alors toi qui ne prends pas de petit déjeuner, peut être que tu vas me dire « alors moi je fais déjà du jeûne intermittent ! ». Il est vrai que énormément de personne en France ne prenne pas de petit déjeuner. Mais moi… j’ai toujours été une accro du petit déjeuner. C’était surtout ma plus grosse motivation pour sortir du lit le matin… Au programme : omelette, pain grillé, avocat, salade de fruit, muesli et bien d’autres choses.

Alors figurez vous que c’était un énorme défi pour moi ! Etant étudiante en nutrition, et sans cesse en train de lire des articles à ce sujet, j’en avais marre d’en lire des tonnes sur ce jeûne intermittent miraculeux. Donc j’ai décidé de tester par moi-même.

Si vous voulez en savoir un peu plus sur le jeûne intermittent en lui-même, je vous invite à cliquer ici : le jeûne intermittent , afin de lire mon article à ce sujet.

Bon, j’arrête de discuter, passons aux résultats !

Attention, ce qui a fonctionné pour moi ne fonctionnera pas forcément pour vous et vice versa. Comme je vais l’expliquer, certaines promesses du jeune intermittent vont être confirmées et d’autres non. Nous sommes tous différents face à ce type d’alimentation.

N°1 : la concentration !

C’est la chose qui a été la plus flagrante pour moi. En effet, il est inévitable pour moi d’avoir un coup de barre vers 10/11h lorsque je suis en cours. Pourtant, je fais toujours attention à ma proportion de glucides qui pourraient entraîner une légère hypoglycémie si je les consommais en trop grande quantité au petit déjeuner.

Et bien dès le premier jour, (alors que je n’avais dormit que très peu les 2 nuits avant de commencer, suite à un voyage) j’ai senti la différence.

J’ai soudain été beaucoup plus alerte, attentive et à l’écoute pendant cette période. Habituellement, je prends mon petit déjeuner et je reprends un snack vers 10h afin d’être reboostée, sinon c’est très compliqué de tenir le coup…

Très bon point pour le jeûne intermittent à ce niveau là !

N°2 : la digestion !

Pour tout vous dire, j’ai une digestion très lente habituellement. Les premiers matins ont été difficiles au niveau de la sensation de faim comme je n’étais pas du tout habituée à louper le petit déjeuner. Au bout d’une semaine, la faim était déjà moins présente contrairement à ma folle envie de prendre un bon petit déjeuner !

Toutefois, ne pas manger de la matinée me permettait de beaucoup mieux digérer mon repas du midi même si il contenait des grosses quantités. Pendant cette période, la collation de l’après midi est devenue indispensable car mon ventre était vide beaucoup plus rapidement que d’habitude.

Cela m’amène au 3ème point très important…

N°3 : La sensation de faim !

Un des points les plus remarqués : je ressentais beaucoup moins la sensation de faim. En effet, lors de la 3ème semaine, je m’étais habitué à ne plus petit déjeuner donc j’avais un peu faim (et encore) vers 13H lorsque je devais prendre mon premier repas, et je pouvais facilement tenir jusqu’au soir à 20H. Toutefois, je préférais quand même faire une collation afin de ne pas perdre de poids et ne pas diminuer mes performances sportives car ce n’était pas du tout l’objectif. Lorsque je ne faisais pas de sport, je mangeais un repas léger le midi et le soir et cela me suffisait amplement.

Ceci est dû à la régulation de sécrétion de leptine qui est l’hormone de la faim. Plus on sécrète de leptine plus la sensation de faim est présente. Dans les études que j’avais lu avant de commencer, ce point était un des plus importants et cela permet de réguler cette sécrétion chez les personnes en surpoids. A ce propos…

N°4 : mon poids !

Si vous avez déjà entendu parler du jeûne intermittent avant cet article vous avez sûrement vu en gros titre « la méthode pour perdre du poids ! ». Pas vrai?

En effet, le jeûne intermittent peut permettre de perdre du poids. Le fait de supprimer un repas, si on ne cherche pas à compenser sur le reste de la journée, diminue forcément nos apports caloriques. Ceci entraîne alors une perte de poids.

Ca n’a pas été le cas pour moi pour 2 raisons : premièrement, j’ai fait en sorte de ne pas réduire mes apports. J’ai compensé mon petit déjeuner avec des plus gros repas et une grosse collation sauf quand je n’avais vraiment pas faim. Deuxièmement, si vous me connaissez bien, vous savez que je mange toute la journée ! Généralement, j’ai les 3 repas principaux + une collation à 10H et à 17H. Cela me permet de ne pas ressentir la sensation de faim et c’est un rythme qui me convient bien. Le fait de manger plus régulièrement augmente le métabolisme de base. C’est à dire que le fait d’engendrer plus de phases de digestions sur la journée, me fait dépenser plus de calories au repos. De plus, vu que mon corps ne manque de rien, il ne ressent pas le besoin de stocker ce que je mange. C’est ce qui fonctionne sur moi pour maintenir mon poids.

Toutefois, je reste persuadée que cela peut être un moyen de perdre du poids, toujours sur le long terme, sans frustration. En effet, le fait d’enlever un repas et de s’habituer à ces nouveaux horaires parait plus simple qu’un régime restrictif où vous commencez à manger à 7H et finissez à 21H.

Chacun est différent face à la perte de poids.

N°5 : mon alimentation !

Ce sera plus un changement psychologique et personnel je pense. Supprimer un repas implique une diminution des macronutriments (protéines, lipides et glucides) mais aussi des micronutriments (vitamines, minéraux etc…).

Pour ne pas être en déficit j’ai donc été très attentive à la composition de mes repas. L’hiver on peut facilement se retrouver en décifit vitaminique… C’est pourquoi j’ai redoublé d’efforts pour me faire des repas très complets qui allaient couvrir à 100% mes apports journaliers. Au programme : plus de légumes, de fruits, de légumineuses et moins de place aux cochonneries inutiles comme les gâteaux, les sucres ajoutés etc…

J’en profite pour vous rappeler que d’une manière générale, il faut vous renseigner avant de vous engager sur une nouvelle alimentation afin de ne pas présenter de carence.

Enfin, il y a sûrement eu des changements que je ne vois pas forcément : régulation de la sécrétion d’insuline (même si c’était légèrement visible avec la diminution de faim), diminution des inflammations, limitation du stress oxydatif…

Ces résultats sont généralement visibles au long terme.

 

Cependant, je ne compte pas continuer le jeûne intermittent. C’est un rythme qui ne me convient pas forcément même si il m’a permis par exemple de réguler ma sensation de faim. Toutefois, j’ai compris une chose : le petit déjeuner était devenu une habitude. Sur les autres repas de la journée j’ai toujours tendance à m’écouter, c’est à dire que si je n’ai pas faim, je ne mange pas et j’attends. Cependant, le fait d’être pressée le matin, ne me laissait pas le temps de me poser la question « est-ce que j’ai faim ? « . A présent, j’arrive à identifier (pendant ma séance de yoga matinale) si j’ai faim ou non. Si je n’ai pas faim, je prends un en-cas pour plus tard.

En tout cas, j’adore tester ces nouvelles expériences qui me permettent de connaître chaque jour un peu plus mon corps.

J’espère que cet article vous aura plus et je vous inviter à rester connecter car dimanche prochain, une vidéo youtube arrive afin que vous puissiez savoir ce que j’ai mangé pendant cette période.

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s