Les crises d’angoisse: Mes conseils!

Abordons un sujet un peu sensible… j’ai vu que mon article sur le stress vous avait particulièrement plu, c’est pourquoi je reviens sur le sujet avec un phénomène un peu plus particulier.

Si vous n’êtes pas concerné, tant mieux pour vous! Mais sachez que ces conseils marchent aussi en cas de période de stress ou tout simplement quand vous avez un peu le cafard.

Identifiez la cause et relativisez!

bloggif_5a1afb671c453.jpeg

Pour remédier à ça, il faut savoir « pourquoi? » cette crise survient. Vous êtes à la veille d’un examen, d’une compétition, d’un rendez-vous?… Vous avez trouvez? Et bien sachez que vous avez déjà fait un grand pas. Maintenant passons à la deuxième étape…

Maintenant que vous avez identifié la cause, il faut se fixer sur les choses positives. Prenons l’exemple de l’examen. Demandez vous les raisons pour lesquelles vous paniquez. Vous allez voir que on peut très rapidement se rassurer. Si vous avez révisez à fond, il n’y aucune raison de paniquer, vous êtes prêt! La peur de tout oublier? Si c’est le cas, ce sera parce que vous êtes totalement anxieux de vous retrouver devant cette feuille. Alors on stop les révisions et on fait quelque chose qui nous détend et on pense à autre chose! 

Le réel objectif pour éviter les crises d’angoisse, c’est d’oublier cette cause qui vous angoisse et de se vider l’esprit

Et quand ça arrive?

bloggif_5a1afbbdba7cd

Ca y est… Vous paniquez, vous hyperventilez, vous perdez tous vos moyens et vos muscles tétanisent. C’est la crise d’angoisse. Le mieux est évidemment d’anticiper celle-ci, mais vous le savez bien, parfois c’est impossible. Alors pour éviter qu’elle ne dure trop longtemps et de minimiser les effets secondaires, on se concentre sur son souffle. Le secret, c’est la respiration. On inspire par le nez en gonflant le ventre puis la cage thoracique, et on expire par la bouche très lentement. Il faut que ce rythme devienne de plus en plus lent afin de retrouver une respiration normale. Et le reste va suivre, les muscles de votre mâchoire et de vos membres vont se détendre et vous allez pouvoir reprendre vos esprits

Et après? 

bloggif_5a1afbeb609a7

Malheureusement, si la crise d’angoisse est survenue, il y a des effets secondaires. Tout d’abord vous allez être très fatigué et vous pouvez avoir éventuellement des maux de tête ou de ventre. Alors votre objectif ultime va être d’éviter les éventuelles prochaines crises. Alors on reprend l’étape n°1, et on trouve des solutions. Et là c’est à vous de jouer. Combattre les crises d’angoisse est un travail sur soi qui peut prendre beaucoup de temps si c’est un problème profond. De plus, les personnes qui en font régulièrement développent « la peur d’avoir peur »; vous vous retrouvez dans une situation similaire à la dernière fois ou vous avez fait une crise, et l’angoisse monte car vous avez peur que cela recommence. Et hop! Une nouvelle crise d’angoisse

Le travail sur vous va être essentiellement basé sur la positivité. Toujours voir le bon côté des choses. Cela peut paraître basique et pourtant, c’est comme ça que je m’en suis sortie. 

Mon expérience! 

Processed with VSCO with q4 preset

Disons que le stress… c’est dans ma génétique. Déjà petite, je paniquais pour tout et n’importe quoi! Puis arrivée vers l’âge de 16 ans, j’étais perdue au niveau scolaire: mauvais choix de filière, travailler sur des choses que je n’aimais pas… Et tout a commencé comme ça! Un examen de bac blanc et j’ai fait ma première crise d’angoisse. Très honnêtement, et si vous l’avez déjà vécu, vous avez l’impression de faire une crise cardiaque. Cependant pas de panique, la crise d’angoisse n’a jamais tué personne.

Suite à ça, j’ai développé une tendance à être hypocondriaque. Alors le moindre symptôme, et ce fut la crise. Je pense que tout ça a duré pendant plus d’un an. 

Le plus difficile dans cette situation, c’est de vous convaincre vous-même que tout va bien. Généralement, les gens autour de vous pourrons essayer de vous aider, mais la seule personne qui pourra réellement vous aider, c’est vous

Alors, je ne vous le cache pas, ça prend du temps. Il faut sortir toutes les idées noires de votre tête. Je me suis remise à fond dans le sport, je me suis obligée à sortir, voir du monde, je me suis concentrée sur mon bac… Et chaque jour, je me disais « est ce que tu as envie de passer une journée de plus à pleurer et faire quelque chose qui ne t’apportera rien? ». Je vous laisse deviner la réponse. 

Certaines personnes trouveront peut-être ça exagéré, sûrement parce que elles ne l’ont jamais vécu. Mais sachez que parfois, ça vous tombe dessus, que vous le vouliez ou non. Tout se passe dans la tête. Et il faut se montrer à soi même les choses importantes et profiter de chaque seconde malgré les difficultés

Les petits plus!

Processed with VSCO with c8 preset

Beaucoup de choses peuvent vous aidez! Il faut juste se motiver à les faire. Le sport peut vous aider car cela permet de se vider la tête. Et surtout, à la fin de votre entrainement vous serez fiers de vous! Ensuite, il faut s’entourer des personnes que vous aimez, elles sauront vous rappeler pourquoi vous devez rester positif chaque jour. Et enfin, aérez vous l’esprit. Pendant cette période, j’ai découvert le yoga et la méditation. Cela m’a permis de travailler sur ma respiration et de me déconnecter quelques minutes de la réalité et me concentrer sur moi-même. 

Pour le côté « médicaments », je vous conseille toutes les infusions à la passiflore, mélisse, camomille… Rien de mieux pour se détendre! Lorsque vous sentez que la crise arrive, buvez un grand verre d’eau; ça peut paraître bête et pourtant, cela évite à votre corps de s’emballer. Ensuite, lorsque je n’avais pas tout ça à portée de main, je prenais une petite pastille de « zenalia » qui est un traitement homéopathique contre le trac. 

 

Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je sois totalement « guérie ». Je reste quelqu’un de très anxieux au quotidien mais j’ai réussi à prendre conscience de certaines choses et surtout, j’ai appris à contrôler mon corps

Si vous êtes victime de tout ce que je viens de vous raconter, n’oubliez pas que vous n’êtes pas seul. Vous pensez sûrement que personne autour de vous ne vous comprend (ce qui est souvent le cas), concentrez vous sur vous même et gardez un objectif en tête.

C’est un article assez spécial et assez personnel donc je vous demande d’être tolérant.

La seule leçon à retenir est de profiter de la vie et se concentrer sur les choses positives qu’elle peut vous apporter. 

 

Source des images: We heart it

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s